KO JUM


Mercredi 20 mars 2019

Après une matinée à profiter une dernière fois de la plage de Ko Ngai, nous partons pour Ko Jum à 13h30.

Dans un premier temps, nous avons pris un long-tail boat privatif, là encore moins couteux à 5 que le boat public, direction le port de Pak Meng sur le continent pour une heure de traversée tranquille. Au port, un mini-van nous attendait pour nous conduire au Laem Kruat Pier à 2 heures de route et où nous attendait le bateau de notre hôtel, le Koh Jum Lodge, pour une  demi-heure de navigation avant d'atteindre l'île de Ko Jum.

Comme à chaque fois en Asie, le transfert était parfaitement orchestré et s'est fait sans stress... Nous sommes à chaque fois bluffés!

 

 

Nous avons longtemps hésité sur le choix de notre dernière destination en Thaïlande. Nous souhaitions finir par une île, mais laquelle?

Ko Lipe nous tentait mais il semblerait qu'elle soit tombée aux mains des promoteurs, Ko Pha-Ngan nous faisait de l’œil mais avec la Full Moon Party du 20 mars 2019, l’île allait tomber pour une semaine aux mains des fêtards et à leur gloutonnerie joyeuse de tous les plaisirs possibles...

Nous avons finalement jeté notre dévolu sur Ko Jum, une île paisible et proche de Krabi d’où nous décollons le 24 mars pour Hanoï.

 

Pour finir en beauté notre voyage en Thaïlande, nous avons séjourné 4 nuits au Koh Jum Lodge dans des bungalows construits face une plage de 5 km de long et orientés vers le soleil couchant. Il s’agit d’un éco-lodge avec une vraie démarche environnementale et qui œuvre en faveur de la population locale. L’architecture des bungalows ou des espaces communs est très soignée avec des finitions impeccables. Un vrai bijou !

 

 

Ko Jum est une petite île dominée au nord par la jungle et le mont Ko Pu qui culmine à 400 mètres, et au sud par les plantations d’hévéas et de noix de coco. L’île compte 1 500 habitants répartis sur 3 villages, Koh Pu au nord, Ting Rai au centre et Ko Jum au sud. Les habitants sont essentiellement musulmans, sauf à Ko Jum où l’on trouve encore des Chao Leh (gitans de la mer), maintenant sédentarisés.

 

Ko Jum est avant tout une île tranquille, bucolique, authentique où il fait bon flâner sur de longues et larges plages soumises aux marées. La seule route qui relie le nord au sud de l’île, est agréable et facile à parcourir en vélos ou motos. Nous avons loué 3 motos une demi-journée pour découvrir l’ensemble de l’île et ses beaux villages animés le long de la route.

L'île n'a pas grand chose à offrir à de jeunes routards en quête de fêtes nocturnes sur les plages, mais est parfaite pour ceux comme nous qui veulent se reposer. C'est moche de vieillir...

 

 

On ne vient pas non plus à Ko Jum pour sa mer turquoise et ses récifs coralliens. Pour cela, il est possible de se rendre à Ko Phi Phi le temps d’une excursion à la journée. Nous étions impatients de découvrir cette île dont tout le monde parle, souvent en mal, mais qu’importe, nous sommes curieux et nous aimons naviguer en long-tail boat…

A l’approche de Ko Phi Phi Don, la plus grande des deux îles Phi Phi, le ton est donné, un ballet incessant de speed-boats et des constructions qui dénaturent le paysage.

 

 

Protégée par de hautes falaises qui plongent dans une eau cristalline, Ko Phi Phi Leh, la plus petite des îles Phi Phi, est très belle, inhabitée et mérite à elle seule l’heure de navigation depuis Ko Jum. La journée semble sauvée!

 

 

Nous ferons le tour de Ko Phi Phi Leh dont la beauté et le pouvoir d’attraction attirent de très nombreux voyageurs. Depuis que nous sommes en Thaïlande, c’est la première fois que nous voyons une telle concentration de touristes, et nous sommes hors saison… Néanmoins les sites à visiter comme la grotte du Viking, le lagon émeraude d’Ao Pileh, la plage d’Ao Loh Samah, et la célèbre plage d’Ao Maya sont étincelants de beauté.

 

 

En 1999, la plage d’Ao Maya a servi de décor au film "La Plage" avec Leonardo Di Caprio. Victime de son succès, cette plage est aujourd’hui inaccessible pour permettre à l’écosystème de se régénérer et c’est mieux comme ça…

 

Sur Ao Maya, certain(e)s cherchent encore Leonardo Di Caprio….

 

Pour déjeuner, nous avons accosté sur une plage de Ko Phi Phi Don, Lana Beach, abandonnée et déserte où sévissent encore les ruines d’un complexe hôtelier surement victime du tsunami de 2004. Cette plage est jonchée de déchets!

La beauté de Ko Phi Phi Don est un cadeau empoisonné de la nature, qui lui a été fatale. L’île n’a résisté ni à la pression des constructeurs, ni à la pression démographique et court au désastre écologique. L’océan est une poubelle, les fonds marins sont très abîmés par des plongeurs peu scrupuleux ou inexpérimentés et par les bateaux qui jettent impunément leur ancre sur les récifs coralliens. Quel gâchis, cette île était si belle…

 

 

Quel contraste entre Ko Jum la paisible et Ko Phi Phi la sulfureuse!

Ko Jum n'a pas la beauté de Ko Phi Phi, mais parfois la grâce est plus belle que la beauté et Ko Jum ne manque pas de grâce!

 

Sur Ko Jum, dans notre cocon du Koh Jum Lodge dont nous sommes finalement peu sortis, nous avons pris le temps de goûter ce moment si particulier d’abandon de soi, d’oubli du temps, d’évanouissement de la réalité.

Nous y avons éprouvé une sensation qui ne peut être décrite que par un seul mot : flottement.

 

C'est ainsi que s'achève notre voyage en Thaïlande, un pays qui nous aura comblés, surpris, enchantés par sa diversité de paysage et sa population.

La Thaïlande est très touristique, ce qui nous faisait peur avant de partir. Sur place, on découvre que c'est un atout, tant il est facile de se déplacer, tant la notion de service est développée, tant les loisirs sont nombreux... Pourtant, avec le tourisme, la population n'a perdu ni son sourire, ni sa gentillesse.

La Thaïlande est un pays frais, sonore, souriant et de toute beauté! Il nous faudra y retourner...


La suite de notre voyage au Vietnam, à Hanoï, c'est ICI


Commentaires: 2
  • #2

    KO BEU (dimanche, 31 mars 2019 22:43)

    Précieux reportages qui méritent un OSCAR ! Merci pour ces observations pertinentes sur la planète bleue qui ne tourne plus très rond ...
    Bises
    KOBA LA B comme Beuvain

  • #1

    Maria Del Carmen Rodriguez (dimanche, 31 mars 2019 17:41)

    MA CATHERINA, MON FILS.
    Je suppose que vous faites les résumes du voyage tous les deux.
    Des vrais spécialistes, des reportages touristiques ( très engages écologistes).Vos récits sont merveilleux, je ne dis pas ça
    par amour! même si vous savez que je vous adore.

    félicitations mes amours.


    Maria Del Carmen la MAMA