ÉPILOGUE


Notre voyage touche à sa fin, aujourd’hui mardi 25 juin 2019, nous nous envolons pour Paris, via Kuala Lumpur et Doha. Nous devrions arriver le mercredi 26 juin 2019 à 7h40. Lundi, nous reprenons le travail… !

 

Dans quel état d’esprit sommes-nous ? Nous sommes heureux, heureux de retrouver notre famille, nos amis, notre quotidien, car nous sommes partis pour ce long voyage, non pas pour fuir quelque chose (peut-être un peu la routine !), mais pour accueillir l’ailleurs et voir au-delà de nos vies.

Heureux aussi d’avoir pu réaliser un rêve et d’avoir fait ce voyage sans soucis particuliers, entre autres de santé. Avec des enfants, nous avions forcément des inquiétudes à ce sujet, surtout lorsque nous nous trouvions à plusieurs jours de route d’un hôpital.

Heureux d’avoir partagé ce rêve avec nos trois garçons, de les avoir vus grandir, mûrir et prendre de l’assurance au fil du voyage.

 

Et ce ne sont pas les seuls à avoir changé. Nous aussi ! Au fond, ce voyage se révèle être une vraie leçon de vie. Au début on pense voyager pour se garnir d’exotisme, d’anecdotes, de souvenirs, de rencontres, de photos comme autant de trophées contre la grisaille.

Et peu à peu, le voyage nous plume, nous rince, nous essore, nous décape, nous dégraisse, nous débarrasse d’un ensemble de toxines et nous met à fleur de peau. Il devient une diététique de l’âme et du corps. Privés de notre cadre habituel, dépouillés de nos mesquines habitudes, nous sommes plus ouverts aux autres, à la curiosité, à l’inconnu, à l’intuition, au coup de foudre et nous retrouvons comme par enchantement, une espèce d’allégresse originelle que nous avons connue dans notre enfance et perdue dans les mangroves et le colin-maillard de nos vies.

 

Lors de notre retour, dans le confort et la complexité de nos vies, il faudra être vigilant pour ne pas perdre cette allégresse originelle sous des tonnes de choses inutiles et superflues, ne pas oublier que nous pouvons être heureux avec peu de choses en se libérant de l’étreinte des désirs et des envies, ne pas perdre de vue les questions environnementales de notre planète, les problèmes des minorités et faire tout notre possible au quotidien pour que notre monde soit meilleur, ne pas oublier enfin que nous sommes souvent en retard de vivre et que le bonheur est un devoir !

 

Ce voyage est une aventure familiale extraordinaire qui mérite que l’on détache les amarres. Au fond peu importe le budget alloué à ce type de voyage ou le choix des destinations, car l’aventure est plus un état d’esprit guidé par la volonté de peser sur le gouvernail de notre barque pour la mener où bon nous semble….

 

BONS VOYAGES A TOUS


Commentaires: 1
  • #1

    Danièle Bouthors (Laos) (mardi, 02 juillet 2019 23:47)

    Je n'ai pas tout vu ou tout lu, mais quelle belle conclusion, qui ne m'étonne pas, car à la rencontre de tant d'autres, de cultures et vies très différentes, ce changement est évident, si l'on est perméable et réceptif à ce que l'on vit.
    Certainement, vous allez vivre différemment.
    Bon courage pour votre retour, qui risque de demander un certain temps d'adaptation !
    Au moins, la canicule devrait vous faciliter la transition...
    Merci de cet émouvant témoignage.
    Très affectueusement.
    Une voyageuse dans l'âme